Tombée du ciel – Cecelia Ahern

Bonjour à tous !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de Tombée du ciel, un super roman de Cecelia Ahern. Si le nom de cette auteure irlandaise agite vos neurones car il vous semble familier, c’est sans doute parce que vous connaissez déjà PS : I love you qui a été adapté au cinéma en 2007.

couv34197566

Résumé

Adam et Christine se croisent une nuit sur le Ha’penny Bridge à Dublin. Il se tient sur le pont, prêt à sauter, désespéré. Apprenant que son trente-cinquième anniversaire approche, Christine se lance un défi incroyable : lui prouver en quelques jours que la vie vaut la peine d’être vécue. Malgré sa détermination, elle sait que le défi sera difficile à relever. Dans cette course contre la montre, s’enchaînent aventures romantiques et improbables balades nocturnes. Petit à petit, Christine s’aperçoit qu’Adam reprend bel et bien goût à la vie, et ce n’est pas sa seule découverte…

Ce que j’en ai pensé

Je vais être honnête, pour une fois c’est le nom de l’auteur qui m’a en grande partie convaincue de lire le livre. J’ai eu l’occasion de lire un super article sur le blog de Pauliseuse qui parlait de Cecelia Ahern et ça m’a suffit pour choisir Tombée du ciel.

L’un des intérêts de ce roman, c’est qu’il s’agit d’un genre de comédie sur un sujet qu’on n’y associe pas instinctivement, à savoir, le suicide. Je ne vous cache pas que le début m’a fait un peu peur à cause de l’ambiance tristounette (en même temps vu le thème du livre…). Le personnage principal, Christine, est quand même témoin de deux tentatives de suicide dans les trois premiers chapitres ! Pourtant, dès l’arrivée d’Adam, le suicidaire, l’atmosphère se détend et devient assez légère (c’est déjà surprenant que ce soit le mec qui veut se tuer qui apporte plus de vie à l’histoire !).

Ce qui m’a plu chez Adam, c’est l’humour noir et l’ironie avec lesquels il aborde sa situation et le fait qu’il joue de son statut de mec suicidaire pour influencer Christine qui a tendance à se prendre pour une super héroïne en voulant absolument sauver cet homme qu’elle ne connaît pas pour se rattraper d’une erreur qu’elle a commise. Christine aussi est un personnage drôle mais sans forcément chercher à l’être (contrairement à Adam). Ce qui m’a fait rire chez elle, c’est son côté excessif, notamment dans les précautions qu’elle prend pour empêcher Adam de faire une nouvelle tentative de suicide. De même, Christine, en plein divorce, doit subir les petites vengeances de son mari qui multiplie les coups bas pour lui pourrir la vie. Du genre, appeler toutes ses copines pour leur répéter les mesquineries qu’elle a pu dire dans leurs dos.

Le seul bémol à tout ça (parce qu’il en faut bien un) c’est la résolution de certains problèmes qui est peu facile. Ça donne un peu l’impression que l’auteure elle-même ne savait plus comment amener le dénouement et a donc opter pour une « solution joker ».

Dans l’ensemble, on passe un bon moment, l’histoire est amusante et assez sympathique. Pour les cinéphiles, je dirais que c’est le genre de livre qu’on adapterait très bien en comédie romantique au cinéma (ce qui est quand même mieux qu’en téléfilm M6 !).

Premières lignes

On dit que la foudre ne frappe jamais deux fois. Faux. Enfin, c’est vrai que c’est ce qu’on dit, mais en réalité c’est faux.
Les scientifiques de la NASA ont découvert qu’il arrive souvent qu’un éclair touche le sol en deux ou plusieurs lieux simultanément, et que les chances d’être foudroyé sont environ quarante-cinq pour cent plus élevées que ce que l’on croit. Mais ce que les gens veulent dire, c’est que la foudre ne tombe jamais au même endroit plus d’une fois, ce qui en fait est également inexact. […] Si les gens laissaient tomber la métaphore de la foudre et disaient franchement ce qu’ils pensent, ils diraient qu’une chose hautement improbable n’arrive jamais deux fois à la même personne. Faux.