La Voleuse de livres – Markus Zusak

Bonjour à tous !

Le mois d’octobre se termine déjà et je viens tout juste de finir le roman de Markus Zusak, La Voleuse de livres dont nous allons parler tout de suite.

markus-zusak-la-voleuse-de-livres

Résumé

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité.
Liesel Meminger y est parvenue.
Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée.
Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt ? Ou sa force extraordinaire face aux événements ? À moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre et a même inspiré à la Mort ce joli surnom : la Voleuse de livres…

*

Ce que j’en ai pensé

J’ai mis un certain temps avant de me lancer dans cette lecture. La principale raison étant que j’avais vu le film adapté de l’œuvre avant d’acheter le livre. Pour être honnête, c’est en allant flanner chez le libraire et en tombant totalement par hasard sur cette couverture que j’ai découvert que La Voleuse de livres était un roman avant d’être un film. J’avais, certes, adoré l’histoire au cinéma et il y avait donc de bonnes chances que je l’aime aussi en livre mais vous savez aussi bien que moi qu’on se laisse souvent influencer par le film et le livre est donc décevant.

Qu’à cela ne tienne (je fais dans les expressions désuètes aujourd’hui), je suis décidé à voir si ce livre me touchera autant que son film. Je peux déjà vous dire sans crainte de vous spoiler que la réponse est oui.

99205314

La première chose que j’ai aimé dans ce livre (et aussi dans le film d’ailleurs), c’est la narratrice. Oui, car les aventures de Liesel Meminger sont racontées par la Mort elle-même qui, dans les années 39 – 45 en pleine Allemagne nazie, ne manque pas de boulot et croise à plusieurs reprise la route de cette fillette. On se rend vite compte par ailleurs que la Mort n’aime pas son métier, qu’elle éprouve des émotions face à la détresse des humains et qu’elle est scandalisée des horreurs dont ils sont capable. Cette façon novatrice et franchement inhabituelle de personnifier la Mort (qui devient un personnage à part entière) m’ont donc fait apprécier le roman dès sa première page.

Et puisque nous parlons des personnages, à part quelques-uns, ils sont globalement tous attachant. La palme revenant à Hans Hubermann, le père adoptif de Liesel, qui est la bonté incarnée et représente une catégorie de personne qu’on oublie souvent dans les manuels scolaires : les allemands non nazis, impuissants face à l’idéologie antisémitiste dans laquelle ils baignent. Bien sûr, il y a d’autres personnages que j’ai trouvé émouvants à leur manière : Liesel, l’orpheline analphabète qui tente de comprendre ce monde dans lequel elle grandit, Rosa Hubermann qui dit je t’aime en criant et insultant ses proches, Frau Hermann la mère inconsolable, Max le juif en fuite ou encore Rudy, le meilleur ami amoureux (liste non exhaustive).

la-voleuse-de-livres-fable-touchante-une

Le seul petit point négatif (et c’est vraiment pour chipoter), c’est la chronologie chamboulée de livre. Par moment, la narratrice fait un bond dans l’histoire, le temps de livrer une anecdote ou une information sur un personnage ou un événement à venir puis revient à son récit. Ayant vu le film en premier et connaissant alors la chronologie logique des événements, je n’ai pas été perturbée plus que ça mais pour quelqu’un qui ne connaîtrait absolument pas l’intrigue, c’est un style qui peut perturber un peu.

**

Autour du livre

Markus Zusak est un auteur australien spécialisé dans la littérature jeunesse. Ses parents sont d’origine autrichienne et allemande.

Le film de Brian Percival sorti en France en février 2014 avec Geoffrey Rush, Emily Watson et Sophie Nélisse (dans le rôle de Liesel) reçut de bonnes critiques de la presse et du public.

Pour terminer cette chronique, je vous mets même la bande annonce du film !

Publicités