Jane Eyre -Charlotte Brontë

Bonjour à tous !

Cette semaine, j’avais envie de vous parler d’un livre que j’ai dévoré tellement il est bien. Comme j’aime bien vous faire découvrir (ou redécouvrir) des classiques, je vais donc vous parler de Jane Eyre de Charlotte Brontë.

51txzfu4chl-_sx301_bo1204203200_

 

Résumé

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l’Angleterre victorienne et à trouver l’amour… Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foi en son avenir, une intrigue où se succède mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n’est écrit d’avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.

Ce que j’en ai pensé

De tous les classiques que j’ai lu (et il y en a eu pas mal), c’est vraiment Jane Eyre que j’ai le plus aimé !

Premier point positif : on le lit sans difficulté (ok, c’est ce que je dis à chaque fois mais attendez que je vous lise un Balzac et je dirai pas la même chose). Deuxième chose que j’ai vraiment apprécié : le mélange des ambiances. Je m’explique. Jane Eyre, c’est une fille qui cherche sa place dans la société, une romance, une ambiance Les Feux de l’amour, un secret bien gardé, un homme énigmatique, le tout dans un décor victorien et en un seul ouvrage !

Ce qui me plait avant tout chez le personnage principal, c’est qu’elle n’a rien d’exceptionnelle. Elle n’est pas incroyablement belle, elle n’a pas un caractère très prononcé, elle est un peu Mademoiselle Tout-le-monde et ça contribue certainement à ce que certains lecteurs s’identifient à elle. Bon, comme elle ne peut pas être totalement banale, l’auteure lui donne quand même une certaine intelligence (ce qui manque parfois cruellement aux personnages de fictions), tout en la rendant un tantinet naïve.

On ne peut pas parler de Jane Eyre comme d’un roman historique, mais j’ai par dessus tout aimé me plonger dans l’Angleterre victorienne, sa société puritaine et hypocrite ainsi que ses personnages qui sont parfois loin d’être vertueux alors que l’élite est censé l’être (vous penserez à moi en découvrant Blanche Ingram). Je crois que c’est un roman idéal pour se faire une idée des mœurs de l’époque, même si cela reste bien évidemment un roman et que les traits des uns et des autres sont certainement exagéré.

Au final, c’est un très bon livre que je vous recommande, déjà parce qu’il est bien et ensuite parce que ça fait chic de pouvoir dire qu’on est familier d’un classique de la littérature anglaise 😉

Premières lignes

     Il était impossible de se promener ce jour-là. Le matin, nous avions erré pendant une heure dans le bosquet dépouillé de feuilles ; mais, depuis le dîner (quand il n’y avait personne, Mme Reed dînait de bonne heure), le vent glacé d’hiver avait amené avec lui des nuages si sombres et une pluie si pénétrante, qu’on ne pouvait songer à aucune excursion.
     J’en étais contente. Je n’ai jamais aimé les longues promenades, surtout par le froid, et c’était une chose douloureuse pour moi que de revenir à la nuit, les pieds et les mains gelés, le coeur attristé par les réprimandes de Bessie, la bonne d’enfants, et l’esprit humilié par la conscience de mon infériorité physique vis-à-vis d’Éliza, de John et de Georgiana Reed.
     Éliza, John et Georgiana étaient groupés dans le salon auprès de leur mère ; celle-ci, étendue sur un sofa au coin du feu, et entourée de ses préférés, qui pour le moment ne se disputaient ni ne pleuraient, semblait parfaitement heureuse. Elle m’avait défendu de me joindre à leur groupe, en me disant qu’elle regrettait la nécessité où elle se trouvait de me tenir ainsi éloignée, mais que, jusqu’au moment où Bessie témoignerait de mes efforts pour me donner un caractère plus sociable et plus enfantin, des manières plus attrayantes, quelque chose de plus radieux, de plus ouvert et de plus naturel, elle ne pourrait pas m’accorder les mêmes privilèges qu’aux petits enfants joyeux et satisfaits.

Top Ten Tuesday # 2

TOP TEN TUESDAY

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous littéraire. Chaque semaine, on nous propose un sujet ayant trait à la littérature, et sur lequel on doit proposer notre top 10. La version francophone de ce rendez-vous est proposé par Frogzine.


 

Le thème de cette semaine est : Les 10 romans à lire avant de mourir
(pour être clair, je vous propose la liste des 10 romans que je voudrais avoir lu donc pas mal de classiques)

Numéro 1 : Adolphe, B. Constant

7809_1623933
ça fait bien 6 ans qu’il traîne dans ma chambre…

Numéro 2 : Les Trois Mousquetaires, A. Dumas

lestroismousquetairesok

Numéro 3 : Gatsby le magnifique, F. S. Fitzgerald

gatsby-le-magnifique-4266732

Numéro 4 : Le Guide du voyageur galactique, D. Adams

51ot8qed8xl-_sx300_bo1204203200_
à ce qu’on m’a dit, on ne fait pas mieux dans le genre déjanté

Numéro 5 : Les Hauts de Hurle-Vent, E. Brontë

emily-bront-les-hauts-de-hurle-vent

Numéro 6 : Le monde de Narnia, C. S. Lewis

51ldxuclh3l-_sx319_bo1204203200_

Numéro 7 : Les Piliers de la Terre, K. Follett

9782253059530

Numéro 8 : Le Parfum, P. Süskind

9782213630380fs

Numéro 9 : Le Tour du monde en 80 jours, J. Verne

9782253012696

Numéro 10 : Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

st-exupery-le-petit-prince-folio

La Nuit des trente – Eric Metzger

Bonjour à tous !

Aujourd’hui nous allons parler du roman d’Eric Metzger, La Nuit des trente.

product_9782070147076_195x320

Résumé

C’est l’histoire d’un garçon, Félix, qui décide de passer une nuit de vagabondage dans Paris pour fêter ses trente ans. Un garçon qui découvre soudain qu’il est devenu adulte sans s’en rendre compte. Parce que, avec la fin de la vingtaine, c’est une forme de légèreté qui est sur le point de disparaître et peut-être aussi quelque chose de plus essentiel. Mais quoi ? Pendant cette nuit pleine d’incertitudes, de coïncidences et d’imprévus, le nouveau trentenaire découvre qu’il ne mène pas forcément la vie qu’il espérerait mener, et sa rencontre avec Louise, une jolie jeune femme qui disparaît aussi vite qu’elle est apparue, ne fait que raviver des souvenirs enfouis depuis des années. Où le conduira ce vagabondage nocturne ? Parviendra-t-il à retrouver Louise ? En tout cas, Félix n’aurait jamais imaginé que cette nuit l’emmène aussi loin…

Ce que j’en ai pensé 5616c9c98b12b

La Nuit des trente est le premier roman d’Eric Metzger. Pour ceux qui ne savent pas, c’est lui. Les adeptes du Petit Journal de Yann Barthès connaissent certainement déjà le duo qu’il forme avec Quentin Margot pour les sketchs et autres séquences humoristiques qu’ils réalisent pour l’émission de Canal Plus.

C’est un bon roman. Sympa à lire, pas très long (je l’ai fini en une soirée) et juste après Cinder, j’avais besoin de changer complètement d’univers et de style. Pour être totalement honnête, je ne m’attendais pas à ce que j’ai lu. Probablement parce que je me suis laissé influencer par ce que je savais de l’auteur et de son travail à Canal alors que rien ne supposait que j’allais retrouver la même chose dans son roman. Au final, c’est un super point positif parce que ça prouve qu’on peut être le trublion d’une émission de télé et un auteur à part entière qui ne mélange pas ces deux casquettes.

J’ai vraiment été touchée par la thématique de l’œuvre. Un trentenaire qui regrette les dix dernières années de sa vie, a l’impression que sa jeunesse est passée quand il s’aperçoit qu’à trente ans, il n’est plus le même qu’à vingt ans. Au fil des rencontres et des arrêts de Félix dans Paris, on est amené à se poser de plus en plus de questions, alors que lui déterre de plus en plus son passé et le fantôme qui le hante.

Alors au final, je suis contente d’avoir découvert qu’Eric Metzger est capable de faire un autre style que celui dans lequel je l’ai connu et La Nuit des trente est vraiment un bouquin sympa que je recommande.

Premières lignes

A travers la fenêtre de son bureau, Félix observe les rayons du soleil se cacher un à un derrière les buildings d’acier qui bordent son paysage depuis des années. Fin de journée,fin de semaine. Dans l’open-space, il règne un silence d’épuisement. Seuls quelques chuchotements soupirent, secrets échangés entre deux collègues de bureaux voisins. Quelle heure est-il ? Le jeune homme consulte sa montre. Dix-neuf heures. Dans moins de trente minutes, tout le monde sera parti. Et lui ? Bah, on verrait bien… En tout cas, il veut fêter ça à sa manière, et l’oublier d’une façon ou d’une autre.

Cinder – Marissa Meyer

Salut tout le monde !

Encore un livre de moins dans ma PAL ! Certes, le temps que je finisse celui-ci, trois autres ce sont rajouté à ma liste d’attente mais le principe même d’une PAL, c’est qu’elle ne se liquide jamais ! Aujourd’hui parlons donc de Cinder de Marissa Meyer.

cinder_book_cover

Résumé

Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing. Une terrible épidémie ravage la population. Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure… Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle- mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…

Ce que j’en ai pensé

Depuis le moment où j’ai écrit que j’avais l’intention de lire Cinder, je n’ai eu que des avis positifs à son sujet. Après lecture, je constate qu’ils étaient mérités. Les contes de fées c’est chouette. La science-fiction, c’est chouette aussi. Tout comme les mentos et le coca-cola, pourtant quand on mélange les deux, c’est pas très chouette tout ça. Je vous rassure, en ce qui concerne notre roman, l’association des deux univers donne un résultat vraiment sympa.

Pour le coup, nous avons une vraie bonne réécriture. On reconnait bien l’histoire de base, celle de Cendrillon martyrisée par sa belle-mère et obligée de faire les tâches ingrates, mais l’adaptation de Meyer n’est pas du tout collée à cette version d’origine. En plus des péripéties que l’on connait déjà, l’auteure rajoute un nouveau contexte, des nouvelles intrigues qui interdisent totalement l’ennui que l’on pourrait avoir en lisant une histoire que l’on connait par cœur depuis notre tendre enfance et qui serait seulement un poil modifié pour faire passer cela pour une réécriture.

Évidemment, comme il s’agit d’une série, nous n’avons pas encore le fin mot de l’histoire (superbe jeu de mot naze). Toutefois, la conclusion de ce premier tome ne nous laisse pas sur notre faim (okay, j’arrête) et laisse entrevoir les péripéties à venir pour le prochain tome qu’il me tarde de découvrir.

Premières lignes

     La vis de fixation qui traversait la cheville de Cinder avait rouillé, et son empreinte cruciforme était presque effacée. Les doigts douloureux à force de serrer le tournevis, Cinder dévissait avec peine. Quand elle eut suffisamment sorti la vis pour l’extraire avec sa main en acier, le tournevis tourna dans le vide.
Jetant l’outil sur son établi, Cinder empoigna son pied par le talon et le déboita d’un coup. Une étincelle lui roussit les doigts. Elle retira vivement sa main ; le pied pendouilla au bout de son écheveau de câbles rouges et jaunes.

Liebster Award Tag

Terminer sa semaine avec un TAG c’est toujours un vrai plaisir. Et pour celui-là je remercie Jus de Clémentine (La Page Culturelle) qui m’a désigné pour répondre à ses questions. C’est parti !

ob_53d3b4_liebsteraward-les-loisirs-de-marie

1. Qu’est ce qui t’a décidé à faire ce blog ?

J’avais depuis très longtemps envie de faire un blog (pas forcément littéraire) mais j’ai toujours repousser en me disant que ça ne servirait sans doute à rien. Durant l’été, j’ai déménagé pour terminer mes études et je me suis retrouvé pour la première fois de ma vie seule, loin de ma famille et de mes amis. J’ai donc recommencé à lire beaucoup et comme je n’avais personne avec qui parler de mes lectures, j’ai pensé que finalement il serait temps de le faire ce blog.

2. Quel est le livre qui t’as le plus marqué dans ta vie ?

Un recueil de contes et légendes celtiques dont j’ai oublié le titre alors que je l’ai lu des dizaines de fois. Je l’avais déniché dans une foire aux livres organisée par mon école primaire et j’avais craqué sur celui-là que j’avais acheté avec mon propre argent de poche (si j’avais su à l’époque que mes factures de librairie allaient grossir comme une boule de neige dévalant une pente…)

3. Quelle est ton occupation favorite ?

Je ne vais pas faire l’hypocrite en disant « la lecture parbleu ! ». Ma principale activité de loisirs c’est regarder des séries, trainer sur internet et de temps en temps, jouer aux Sims pour découvrir de nouveaux moyens de les buter (j’avais pas Assassin’s Creed à l’époque…).

4. Quel est le dernier film que tu es allé voir et qu’en as tu pensé ?

Sans trop de surprise, il s’agissait de Star Wars : Le Réveil de la Force et j’ai a-do-ré ! J’ai vraiment retrouver l’univers que j’avais aimé avec la première trilogie quand j’étais gamine. Pourtant j’étais dans la catégorie de ceux qui ont tout de suite pensé que Disney allait faire n’importe quoi et que la nouvelle trilogie serait un désastre.

5. Si tu n’avais qu’un seul voyage à faire où irais-tu ?

Je ferais un tour du monde (genre It’s a Small World à Disneyland) ! Comme ça c’est un seul voyage mais plein de destinations ! Il y a beaucoup trop d’endroit où j’ai envie d’aller pour en choisir un seul.

1397159614-383

6. Quel a été ou est encore ton rêve pour l’avenir ?

J’ai rêvé de tout mon petit cœur de devenir actrice de cinéma et peut-être que quelque part, ce rêve existe toujours en moi.

7. Un pouvoir te donne l’occasion de vivre dans un monde fictif où irais-tu ?

Le premier qui me vient à l’esprit c’est Westeros mais l’espérance de vie de ses habitats n’est pas très élevée… Ou alors faut déménager à Ponyland.

8. Quelle est ta plus grande peur ?

Les piqûres ! Les aiguilles ! Les seringues ! Quand je vois un de ces trucs qui s’approche de moi pour me pomper du sang, je suis en panique !

9. Quel est ton animal fétiche ?

J’adore les girafes. Pourquoi ? A cause d’un doudou que j’ai eu pour mon premier Noël et qui m’a suivi toute mon enfance. Sophie (super original pour une girafe…) trône maintenant dans ma chambre chez mes parents avec mes autres peluches.

10. As tu une passion pour un sport en particulier ? Est-ce que tu en fais ?

Il y a quelques années je m’étais inscrite dans un club de Badminton mais j’ai fini par me lasser. J’aimerais bien faire de la danse de salon (okay, je regarde Danse avec les stars) mais je ne pense pas avoir le temps actuellement.

11. Quels sont des acteurs/ actrices préférés ? Et les films qui te les ont fait aimer ?

J’aime bien Daniel Brühl (Good Bye Lenin) que je trouve super dans chacun de ses films. Chez les actrices, j’ai un faible pour Emma Watson (Harry Potter). Non seulement parce que c’est une bonne actrice mais aussi parce que j’aime ses actions en faveur du féminisme.

foto-daniel-bruhl_               emma-watson-de-nouveau-celibataire-155883_w1000

Voilà, c’est tout pour le Liebster Award TAG. Je sais que je suis censé moi-même tagué d’autres blogueur pour leur poser d’autres questions mais je ne sais pas qui l’a déjà fait ou pas parmi mes quelques connaissance sur la blogosphère. Aussi je vous laisse libre de reprendre ce TAG si vous le souhaitez.

J’en profite pour vous annoncer que la prochaine chronique ne tardera pas à arriver, elle comptera aussi bien pour le Challenge Cold Winter que pour le Reading Challenge 2016 !

Top Ten Tuesday #1

TOP TEN TUESDAY.png

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous littéraire. À chaque semaine, on nous propose un sujet ayant trait à la littérature, et sur lequel on doit proposer notre top 10. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est maintenant géré en français par Frogzine.


 

Le thème de cette semaine est : Les 10 livres de votre PAL à lire absolument en 2016

Numéro 1 : La suite de L’Assassin royal (9 tomes au total)

assassin hobb
Dans cette édition, c’est 3 énormes pavés !

Numéro 2 : Je n’ai pas toujours été un vieux con, Alexandre Feraga

41dm35flapl-_sx307_bo1204203200_
Rien que le titre donne envie

Numéro 3 : Le mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti

513ozcxri0l-_sx310_bo1204203200_
Encore un titre pas banal…

Numéro 4 : Tombée du ciel, Cecelia Ahern

couv34197566

Numéro 5 : La Face cachée de Margo, John Green

la_face_cachee_de_margo

Numéro 6 : Re-vive l’Empereur, Romain Puértolas

9782842638450

Numéro 7 : Pelican Bay, Jesse Giles Christiansen

51pczjvx2xl-_uy250_
1er tome d’une trilogie

Numéro 8 : Sors de ce corp, William !, David Safier

9782258085510

Numéro 9 : Le Rouge et le noir, Stendhal

9782324009044
oui je sais, il y a marqué « agenda ». (collection ültim, jetez-y un oeil !)

Numéro 10 : Moby Dick, Herman Melville

b3656069c19c62c392900831a702887e

En somme, 2016 sera encore une année pleine de découvertes, aussi bien dans les œuvres classiques que contemporaines, mais aussi de redécouverte avec des auteurs que j’ai pu apprécié cette année et dont il me tarde de lire les autres romans. Au niveau des genres, je vais pouvoir lire du fantastique, du comique, du drame et peut-être même de l’épouvante ! Bref, 2016 promet d’être une année riche en lecture.

Un Chant de Noël, Charles Dickens

Bonjour à tous !

Enfin, je termine ce livre qui, pourtant assez court, m’a prit un certain temps à lire. Je m’étais promis de lire un classique de Noël et c’est maintenant chose faite avec Un Chant de Noël de Dickens.

9782013228251

Résumé

La veille de Noël. tous s’affairent aux préparatifs. Mais, préférant la solitude à ces fêtes joyeuses, Ebenezer Scrooge refuse les invitations. Pour ce vieux grincheux que tous prennent soin d’éviter, Noël se résume à un simple mot : « Sottise ! » Il n’y voit qu’un prétexte pour cacher la misère de cette société et jamais ne s’associera à cette vaste fumisterie. Mais ce soir-là, les esprits de Noël en décident autrement. Plongé malgré lui entre passé, présent et futur, le vieux grippe-sou reçoit une leçon de vie.

Ce que j’en ai pensé

Et bien c’est un super livre pour les fêtes ! Bien sûr, comme beaucoup, je connaissais déjà l’essentiel de l’intrigue grâce aux différentes adaptations de l’œuvre (genre la version avec Picsou que je regardais étant petite).

3
Scrooge
noelmickey_2
Cratchit et le neveu de Scrooge

Ce qui est génial avec Dickens, c’est que l’écriture est simple et facile à lire contrairement à l’idée que l’on se fait des œuvres classiques et en plus, il aborde des thèmes variés et des genres différents. Ici, on retrouve le fantastique et l’inexplicable avec l’intervention des esprits qui se mêle au thème récurrent dans l’œuvre de l’auteur d’Oliver Twist, l’inégalité des classes sociales et la misère de la plus basse d’entre elles.

Au final, même si la morale de ce genre d’ouvrage me fait toujours sourire, j’ai pu me plonger dans l’ambiance de Noël et prolonger un peu l’état d’esprit qui m’envahie au mois de décembre.

Premières lignes

Marley était mort, pour commencer. Là dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre mortuaire était signé par le ministre, le clerc, l’entrepreneur des pompes funèbres et celui qui avait mené le deuil. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse, quel que fût le papier sur lequel il lui plût d’apposer sa signature.
Le vieux Marley était aussi mort qu’un clou de porte. Attention ! je ne veux pas dire que je sache par moi-même ce qu’il y a de particulièrement mort dans un clou de porte. J’aurais pu, quant à moi, me sentir porté plutôt à regarder un clou de cercueil comme le morceau de fer le plus mort qui soit dans le commerce ; mais la sagesse de nos ancêtres éclate dans les similitudes, et mes mains profanes n’iront pas toucher à l’arche sainte ; autrement le pays est perdu. Vous me permettrez donc de répéter avec énergie que Marley était aussi mort qu’un clou de porte.

Grâce à cette lecture, je complète une partie du Challenge Cold Winter avec la catégorie « histoire se déroulant à Noël ». J’ai donc officiellement une lecture dans chaque catégorie du menu Noël scintillant ! Bien sûr, j’ai l’intention d’étoffer un peu cette liste et mes futures lectures devraient aider. Je vous dis donc à très bientôt pour une prochaine chronique !