Orgueil & Préjugés – Jane Austen

Bonjour à tous !

Pour cette chronique j’aimerais vous parler d’un roman bien connu, un classique de la littérature anglaise : Orgueil & Préjugés.

orgueil-et-prejuges-515843

Résumé

Élisabeth Bennet a quatre soeurs et une mère qui ne songe qu’à les marier. Quand parvient la nouvelle de l’installation à Netherfield, le domaine voisin, de Mr Bingley, célibataire et beau parti, toutes les dames des alentours sont en émoi, d’autant plus qu’il est accompagné de son ami Mr Darcy, un jeune et riche aristocrate. Les préparatifs du prochain bal occupent tous les esprits…

Ce que j’en ai pensé

Qui ne connaît pas les adaptations cinématographiques de ce grand classique  avec Colin Firth (mon amour !) puis avec Keira Knightley ? Comme beaucoup, je pense, j’ai vu les films bien avant de me plonger dans la lecture de l’œuvre dont je n’ai pas été déçue.

Contrairement à ce que je craignais, l’écriture de Austen n’est pas insurmontable, elle est même très accessible y compris pour ceux qui n’ont pas l’habitude de lire des classiques. Pour vous expliquer clairement : j’ai commencé Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë quand j’étais au collège. Je ne l’ai jamais fini. Et pas parce que l’histoire ne me plaisait pas.

Le personnage de Lizzie ne m’était pas très sympathique dans les films (bon surtout Keira Knightley en fait !) alors que le livre me la fait apprécier. Est-ce à cause de sa mère survoltée qui rend la mienne beaucoup plus agréable à vivre ? De son père qui semble ne jamais comprendre ce qu’il se passe chez lui ? Disons le clairement, la pauvre Lizzie n’est pas gâtée côté famille. Entre une mère ridicule et obsédée par les mariages de ses filles, ses sœurs cadettes, frivoles et coquettes, son père taciturne et un cousin bigot à côté de la plaque… !

Finalement, Darcy n’est pas si mal que cela, n’est-ce pas ?

Premières lignes

C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles.
– Savez-vous, mon cher ami, dit un jour Mrs. Bennet à son mari, que Netherfield Park est enfin loué ?
Mr. Bennet répondit qu’il l’ignorait.
– Eh bien, c’est chose faite. Je le tiens de Mrs. Long qui sort d’ici.
Mr. Bennet garda le silence.
– Vous n’avez donc pas envie de savoir qui s’y installe ! s’écria sa femme impatientée.
– Vous brûlez de me le dire et je ne vois aucun inconvénient à l’apprendre.
Mrs. Bennet n’en demandait pas davantage.
– Eh bien, mon ami, à ce que dit Mrs. Long, le nouveau locataire de Netherfield serait un jeune homme très riche du nord de l’Angleterre. Il est venu lundi dernier en chaise de poste pour visiter la propriété et l’a trouvée tellement à son goût qu’il s’est immédiatement entendu avec Mr. Morris. Il doit s’y installer avant la Saint-Michel et plusieurs domestiques arrivent dès la fin de la semaine prochaine afin de mettre la maison en état.
– Comment s’appelle-t-il ?
– Bingley.
– Marié ou célibataire ?
– Oh ! mon ami, célibataire ! célibataire et très riche ! Quatre ou cinq mille livres de rente ! Quelle chance pour nos filles !
– Nos filles ? En quoi cela les touche-t-il ?
– Que vous êtes donc agaçant, mon ami ! Je pense, vous le devinez bien, qu’il pourrait être un parti pour l’une d’elles.

L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea – Romain Puértolas

Bonjour lecteurs et lectrices !

Aujourd’hui je vais vous présenter un roman au titre peu ordinaire : L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea.

CVT_Lextraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-c_8361

Résumé

Une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye postkadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, mas aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle. – Les tribulations d’un fakir devenu culte.

Ce que j’en ai pensé

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié ce roman de Romain Puértolas qui est une véritable découverte pour moi. Le titre, à la fois drôle et énigmatique, annonce déjà les multiples péripéties rocambolesques plus incroyables les unes que les autres. Mais comment diable un fakir a pu se retrouver coincé dans une armoire Ikea ?!

Ajatashatru Lavash Patel (oui, c’est le nom du fakir) est typiquement le genre de personnage que la vie n’a pas épargnée mais qui n’est pas décidé à se laisser abattre et à s’apitoyer sur son sort. D’une certaine manière, je trouve qu’il dégage une énergie positive qui fait du bien au moral.

Cependant derrière l’humour absurde et la succession de situations délirantes, apparaît tout de même un sujet d’actualité, celui des migrants, abordé ici avec bienveillance et sincérité.

Un roman que je vous recommande donc chaudement !

Premières lignes

Le premier mot que prononça l’Indien Ajatashatru Lavash Patel en arrivant en France fut un mot suédois. Un comble !
Ikea.
Voilà ce qu’il prononça à mi-voix.
Cela dit, il referma la porte de la vieille Mercedes rouge et patienta, les mains posées comme un enfant sage sur ses genoux soyeux.
Le conducteur de taxi, qui n’était pas sûr d’avoir bien entendu, se retourna vers son client, ce qui eut pour effet de faire craquer les petites billes en bois de son couvre-siège.

Je vous donne rendez-vous prochainement pour une nouvelle chroniques 😉

Première page de vie

Bonjour à tous !

Avant de me lancer dans la rédaction de mes futurs chroniques, je vais commencer par me présenter.

introduction

Je m’appelle Johanna, je suis étudiante en Master Métier de l’enseignement pour devenir professeur des écoles. Il y a encore quelques mois, j’étudiais la littérature dans une université parisienne.

Tout comme Obélix qui est tombé dans la marmite de potion magique étant petit, moi, j’ai basculé tête la première dans le vaste univers des livres et je n’en suis pas sorti !

J’espère pouvoir vous faire partager ma passion des mots et pourquoi pas vous faire découvrir quelques œuvres.

A bientôt pour une chronique inédite !